samedi 8 décembre 2007

You might have some cash but got no class

Photos de DiNo, Report à Séville, dans le cadre du Festival Wall Art
C'est tout frais. Hier soir, concert de Hocus Pocus au Rockstore, "HP" pour les intimes qui ont échangé des commentaires faux-culs avec eux sur le net. Dans le public, un tas d'ignorant(e)s qui sont là parce qu'ils sont sur myspace et qu' Hocus Pocus le sont aussi. On leur demande s'ils savent ce qu'est le championnat DMC, ils n'en sauront rien. Pourtant ils acclament Coup2Crosse, qui officient sur les platines depuis dix ans. C'est comme La Gazette de Montpellier qui pour annoncer la soirée Clark il y a quelques temps à Montpellier écrivait ceci: "Electro, ce soir soirée Clark avec le DMC Gero et Kazey. Hip-hop, Rap et Tecktonikers". C'est pas que je sois aigrie mais je grince des dents lorsque je lis des choses pareilles. Enfin si, je suis aigrie de voir tous ces bouffons (une fois de plus) qui se trompent sans s'en soucier, qui s'inventent des vies trépidantes et mettent en scène la moindre de leur activité comme s'il s'agissait des J.O. ON S'EN TAPE DE CE QUE VOUS AVEZ MANGE AU PETIT DEJEUNER! Mais merde, où est l'authenticité, où sont les gens en phase avec eux-mêmes qui oeuvrent dans l'ombre et font leur chemin tranquillement, vont au concert juste pour kiffer et pas pour passer la soirée à filmer avec leur portable pour ensuite se précipiter sur myspace pour y mettre la vidéo? Internet tue la culture, on la consomme comme des casquettes et des baskets. Trop de contradictions dans tout ça. Ca me blaze de voir comment sont traités la culture, l'art et le talent. En stage à La Gazette, j'ai constaté que ce qui intéresse les rédacteurs en chef, c'est la caricature. On parle de quelque chose uniquement si on peut en grossir un trait à tel point qu'on déforme la réalité. Et il ne faut pas brusquer les gens ou utiliser des termes qu'ils ne sauraient comprendre. Ainsi je me suis vue interdire d'utiliser le terme de "collectif de DJs" sous prétexte que les gens ne savent pas ce qu'est un collectif.
Je reprends la plume pour ouvrir ma gueule contre ces trucs qui me saoulent. Oui j'écris pour râler. Et puis aussi pour dénoncer la grande mascarade de notre époque.
Je regarde dans toutes les directions, comme eux, au-dessus. J'aimerais voir des gens vrais. En voir plus. Comme le dit CL Smooth, you might have some cash but got no class. L'esbrouffe ne suffit pas. Vous finirez par être démasqués.