jeudi 2 décembre 2010

La mort aux trousses

© Alfred Hitchcok

Il existe un meurtrier bien plus impitoyable que le froid. C’est le taser. Ce pistolet envoie des décharges électriques à celui qui a le malheur de se trouver face à des policiers qui en possèdent un. Je ne peux pas m’empêcher de faire un rapprochement avec la chaise électrique. J’en ai froid dans le dos. On y revient, au froid. Car si je crée un parallèle entre les deux, c’est suite à ce que j’ai entendu à la radio mardi soir. En réaction au décès d’un Malien en situation irrégulière interpellé « à l’aide » d’un taser par huit policiers (oui vous lisez bien : 8 hommes pour en attraper 1), le directeur de Taser France, Antoine di Zazzo, a déclaré que « seule l'autopsie de cet homme permettra de dire si notre pistolet est responsable du décès. Il fait froid en ce moment, on pourrait dire de la même manière que c’est le froid qui a tué cet homme », a-t-il expliqué. Putain de bordel de merde de bon dieu ! Y’a-t-il réaction plus cynique que ça ?
Je n’ai entendu aucun journaliste relever cette réplique hallucinante. L’homme en question est mort d’asphyxie et son cœur était dans un drôle d’état apparemment, comme crispé. En plus de cela, il a reçu en pleine poire du gaz lacrymogène. Sympa le cocktail. Vous m’en mettrez un bien frappé s’il vous plaît ?

P***** mais ce qui tue, ce n’est ni le froid ni le taser ! C’est le CYNISME et la lâcheté de tous ces salopards qui n’ont rien entre les jambes. Ceux-là mêmes qui se mettent à huit pour attraper un seul homme, et armés jusqu’aux dents. Ca commence sérieusement à puer dans ce pays.
Et d’ailleurs, où sont les BHL et Arielle Dombasle pour s’indigner de la mort de cet indigène ? Ah mais oui c’est vrai, il ne s’agit que d’un Malien en situation irrégulière, pas d’une belle femme iranienne menacée de lapidation.

Pour ce que ça vaut : Paix à son âme.