lundi 31 mars 2008

Compact disc, coffrets, compil' et compagnie

photo: Dino (Manchester)
Ca y est, je fais partie des chanceux qui travaillent dans un magasin de disques et dont la fonction principale consiste à ranger, classer, renseigner, commander, échanger autour de boites en plastique contenant une galette en plastique elle aussi. Et ça me plaît beaucoup!
J'ai passé le cap du premier samedi. Au départ j'appréhendais car c'est le jour où les affaires marchent le mieux. C'est aussi le jour où les inconditionnels du rayon se pointent pour faire leur sketch habituel. Je ne les connais pas alors je les découvre (et il paraît que je ne les ai pas tous vus, tant mieux, je sens que ça va me faire marrer). Plantée derrière le guichet, je le vois s'approcher d'un pas décidé. Casquette "FBI" en arrière, un écouteur dans l'oreille, l'autre qui pendouille: "Madame, bonjour madame! Je voudrais raï'n'b fever 3, c'est le dernier il vient de sortir je l'ai entendu à la radio. Raï'n'b fever 3." Au cas où je n'ai pas bien compris il me répète quatre fois le titre de l'objet convoité. N'étant pas certaine que cette compil soit sortie, je vérifie, je ne trouve rien. Alors je le lui dis. "Mais si mais si elle est sortie! Je l'ai entendu sur beurFM!"
Bon bon alors je vais demander à un collègue qui doit en savoir plus. Dès qu'il le voit, mon collègue lui dit direct sans savoir ce qu'il cherche: "Non, non c'est pas sorti, va falloir attendre." Je le regarde interloquée. Une fois le phénomène parti, il me glisse que ce client, c'est celui qui demande toujours des trucs qui ne sont pas sortis, toujours. Ah oui? "Ben oui, soit il te demande le dernier album de Pink Floyd, soit le dernier Open Mag deux mois avant sa sortie, ou celui qui sort dans six mois... Du coup on l'appelle Open mag." Une autre collègue se pointe. Il lui lance: "elle a fait connaissance avec "open mag". "Olala! Et tu en verras d'autres!" Moi, naïve, j'allais tout retourner pour la lui trouver sa compil'.
Un peu plus tard, un grand gaillard s'approche de moi. Lunettes de soleil noires, oreillette "bluetooth" coincée derrière l'oreille. Vu ma petite taille il se penche fortement pour me demander, à deux centimètres du visage, si on a le dernier Satriani. Qui ça? "Satriani! Le guitariste qui joue avec Toto!" Un instant, je cherche. Il ne sort que dans deux jours, va falloir patienter un peu. "Et vous pouvez pas me le vendre si vous l'avez derrière?!" Euh non désolée. Heureusement, ma collègue arrive (je commençais à stresser). Elle m'explique: "Lui est sympa, assez exubérant mais sympa. Il vient de Béziers, toutes les semaines. Il a tendance à être plutôt "proche" de toi". J'avais remarqué. Elle va à sa rencontre pour le renseigner.
Au cours de l'après-midi, d'autres cas défilent dans le rayon. Moi qui aime observer la diversité des êtres humains, je me régale. J'enrichis ma culture musicale (mes collègues sont des encyclopédies vivantes) et en plus je m'adonne à l'etude sociologique d'une tribu bien particulière et si intéressante: les musicophiles.
Youpi!