lundi 14 juillet 2008

Putain de Gilles!

photo by my man. One love.
Putain de Gilles! Fucking Gilles! C'est ce que Brassens se serait sûrement exclamé s'il voyait comment il investit et transporte la ville de Sète vers la galaxie de la bonne musique. Gilles Peterson. Ce nom à lui tout seul promet un bon moment musical et une effervescence sur le dancefloor.
C'était donc il y a une semaine que se terminait en beauté et sur la plage l'édition 2008 du Worldwide Festival organisé par le crew montpelliérain Freshly Cut et Mr Peterson. Comme quand je lis un magazine, je commence mon billet par la fin de l'événement. Cette sauterie sur le sable m'a laissée des traces. Je ne me suis pas remise d'avoir dansé sur le morceau "You" de Maze. Je l'avais en cassette bon dieu! Ca datait! Et même sans le rosé, on aurait dansé joyeux tellement la sélection de la dream team composée de Sundae, Simbad, Peterson, Garnier, Mark Force et d'autres était sooooooooo goooooooood. A déguster sans modération. Le live du rappeur Sole (anticon) est venu ponctuer cette soirée à la prog rare et de qualité et qui semblait réservée à des initiés. Dommage que cela n'arrive que peu de fois par an.
Le samedi soir j'ai raté Comelade, à mon grand regret car avec lui aussi ma rencontre datait de l'âge des shorts (pour paraphraser Oxmo Puccino). Ma mère l'écoutait en boucle dans sa voiture, et j'aimais danser dessus. Cinematic Orchestra fût magique, pas loin du virtuose tant les musiciens sont bons. Le jeudi soir Roots Manuva a mis le feu sans avoir l'air de se fatiguer. Il était là, posé et il a déchiré. Gilles nous a gâtés en passant le remix de "Sunny" par Funkmaster Jb vs Funkmaster Js, et une version longue du "I heard it through the grapevine" de Marvin Gaye par Mark Rapson. Les autres prestations ont été plus ou moins inégales mais le même amour pour la musique (et la drogue? et l'alcool?) réunissait les gens sur ce festival, d'où une ambiance totalement cool et positive.
Le point noir du Worldwide Festival reste quand même le prix à payer. C'est dommage (et frustrant) de devoir payer deux fois le prix d'un concert pour la même soirée. Cette politique entraînait le prix élévé du pass à 85 euros, bref ça coûtait cher d'approcher Gilles Peterson. Après ça, le budget concert de l'été est sérieusement entamé.
Malgré tout, je signe pour les prochaines éditions. Le soleil, la plage, le théâtre de la mer, l'air marin, les sourires sur les visages et cette célébration de la musique. C'était trop bon.