jeudi 13 septembre 2007

Presse libre, éclaire-nous

Me voilà à la rédaction de Montpellier Plus. J'ai rendez-vous et en attendant l'arrivée de mon interlocuteur, j'écoute radio nova qui rend hommage à Jean-François Bizot dans un sonar. Monsieur Bizot est mort et il emporte avec lui un esprit aux contours atypiques et alternatifs qu'il a su utiliser pour mettre en lumière des tas d'artistes, d'endroits, d'idées considérées comme appartenant au monde de l'ombre, à l'underground. Quand un personnage comme lui s'éteint, on a peur que personne ne reprenne son flambeau avec autant de panache et de passion. Rue89 a aussi rendu un bel hommage à cet explorateur des cultures. Ce que j'ai connu de J-F Bizot, c'est radio nova, à mon arrivée à Montpellier en 2001, et sa programmation qui me mettait en joie dès le matin. Je n'ai plus jamais écouté aucune autre radio musicale (à ce propos je ne vous parlerai pas des albums que j'avais gagné auparavant en jouant à la skyroulette). Voilà donc que je découvre nova, ses sonars, ses jingles pour donner l'heure, son grand mix, son grand remix, son "j'ai fait un rêve" nocturne, son animatrice phare à la voix cassée de velours, Aline. Je découvre aussi les pubs pour Super U, Auchan et Carglass, qui elles par contre me cassent les oreilles. Après ma période Star Club, Bravo Girl!, Jeune et Jolie puis Radikal et Groove, Nova Magazine est devenu l'un de mes favorits, même s'il ne parlait que de Paris et des Parisiens. J'aimais les sujets qui y étaient traités, les gens interviewés, tout ce qu'il transmettait à mon esprit assoifé de culture alternative. Un jour je ne trouve plus le Nova mag en kiosque. Désarroi. Désormais, j'irai à la pêche à l'info sur novaplanet.com. C'est bien mais le mag version papier me manque (j'affectionne tout particulièrement l'odeur et la texture du papier...). L'un des derniers bouquins que j'ai reçu en cadeau, c'est La contre-culture vue par la presse underground de J-F Bizot. C'est un homme que j'aurais aimé rencontrer. Pas pour lui raconter ma vie et essayer de susciter son intérêt. Non. Discrètement, j'aurais aimé pouvoir l'écouter parler des heures durant de ses escapades, ses découvertes et ses anecdotes inépuisables. Mon interlocuteur à Montpellier Plus ne s'est finalement pas présenté. La suite au prochain épisode donc...